Le Petit Ciré Jaune

6 octobre 2016

6 octobre 2017

Aujourd’hui, nous sommes le 6 octobre 2017, date anniversaire de notre premier rendez-vous au Conseil Général en vu de l’obtention de notre agrément pour adopter un enfant. Je ne sais pas pourquoi j’y ai pensé aujourd’hui car je n’avais pas spécialement focalisé sur cette date. Un hasard… dans la matinée j’ai repensé à notre parcours pour obtenir notre agrément et en vérifiant sur mon planning 2016, j’ai compris pourquoi la date du 6 octobre m’évoquait quelque chose.

J’avais déjà prévu de faire un article sur toutes nos démarches qui ont précédées l’agrément mais avant celui-ci, je souhaitais partager ce que recouvre l’adoption aujourd’hui. C’est en effet une réalité bien difficile à imaginer pour toutes celles et tous ceux qui ne vivent pas ce parcours. Je le dis sans jugement parce que, moi la première, je n’aurais sans doute pas imaginé que l’adoption puisse être aussi difficile et surtout aussi incertaine.

Quelques chiffres sur l’adoption

Même si nous avons à cœur d’aborder autant que possible l’adoption de façon positive, nous restons lucides sur ce qui nous attend. Afin de mieux comprendre ce que l’adoption va représenter dans nos vies pour les années à venir, je vous donne quelques statistiques (que vous pouvez retrouver sur le site du Conseil Général de Loire-Atlantique) :

Le nombre d’enfants adoptés dans le monde est en diminution constante depuis le milieu des années 2000. En 2016, près de la moitié des enfants adoptés par des familles françaises avaient plus de cinq ans, 25% étaient en fratrie, 13 % avaient une pathologie déclarée.

En 2016, en Loire-Atlantique :

31 réunions d’informations organisées auxquelles ont participé 172 foyers

108 dossiers étudiés

10 enfants pupilles de l’État confiés en vue d’adoption

25 enfants adoptés à l’étranger

76  agréments délivrés et 23 refus d’agrément notifiés

Immeuble des bureaux du Conseil general de Loire Atlantique.

Conseil Général 44

Adoption : entre attente et incertitude

Vous vous doutez, en lisant les statistiques ci-dessus, que la variable temps est considérable. Forcément, si 76 agréments ont été délivrés et que 35 enfants ont été adoptés (10 enfants pupilles de l’Etat + 25 enfants adoptés à l’international), cela veut dire que les couples en possession d’un agrément doivent attendre leur tour.

Le Conseil Général nous a fait part d’un délai moyen de 5 ans pour se voir confier un enfant. Vous pourriez vous dire que nous n’avons qu’à profiter du temps que nous avons à deux. Après tout, c’est l’occasion de faire des choses que l’on ne ferait pas avec des enfants ! Malheureusement, ce n’est pas si simple… je crois que si nous avions la certitude d’accueillir un enfant dans 5 ans, nous pourrions peut-être « vivre pour nous » en nous disant que l’avenir nous réserve le meilleur.

J’ai souvent eu cette réaction vis-à-vis de notre situation, à chaque échec. Nous sommes contraints d’attendre ? La vie ne veut pas nous offrir cet enfant que nous désirons tant  ? Alors, profitons ! Voyageons ! Tirons partie de ce temps et faisons en sorte qu’il passe vite et bien ! Mais, cela ne dure pas. L’attente finit par prendre toute la place et nous ne sommes plus enclins à profiter de notre temps pour sortir, voyager, etc. Nous n’avons plus envie, c’est tout.

Alors, nous nous efforçons malgré tout de « remplir » nos vies. Nous faisons du sport. Nous essayons tout de même de nous trouver de belles destinations de vacances. Je lance ce blog qui témoigne de la nécessité pour moi d’occuper positivement ce temps. Mais soyons clairs, ce temps nous ne l’avons pas choisi, nous ne l’avons pas demandé.

Suivant
Précédent

You Might Also Like

14 Comments

  • Reply Aline 8 octobre 2017 at 11 h 59 min

    Encore un très bel article ma copine… ❤ Bisous.

    • Reply Lubies Rousses 8 octobre 2017 at 20 h 52 min

      Merci Aline de me lire et d’être toujours aussi attentionnée ! Bisous.

  • Reply Melle Bulle 8 octobre 2017 at 19 h 07 min

    Je me retrouve dans ton témoignage. Cette attente insoutenable nous est imposée. On se dit pas « on va profiter de la vie avant de faire des enfants ». Parce que pour nous, la vie, c’est d’avoir des enfants …
    Je te souhaite que l’attente soit la moins longue possible. De continuer à y croire. A vous accrocher, tous les deux …
    Nous, nous sommes en cours d’agrément. Les stat’s sont un peu « meilleures » dans notre département, mais tellement variables d’une année sur l’autre …
    Comme je l’ai souvent lu, et dit maintenant … ce qui coûte le plus cher dans une adoption, c’est la patience (et l’espoir)

    • Reply Lubies Rousses 8 octobre 2017 at 21 h 08 min

      Merci pour ta contribution à cet article avec tes mots, cela fait du bien de les lire. En effet, la patience et l’espoir sont essentiels dans ce parcours.
      Beaucoup de courage à toi aussi, l’agrément est une phase que nous avons trouvée plutôt constructive car il se passe (enfin) quelque chose et, que pour notre part, nos interlocuteurs ont été extrêmement bienveillants.
      Je reviendrai de temps en temps sur ton blog… voir les autres avancer permet de se projeter un peu, de continuer d’y croire et aide tout simplement à patienter.

  • Reply Françoise 9 octobre 2017 at 12 h 10 min

    Nous serons toujours à vos côtés pour vous soutenir et vous aider durant ces longues prochaines années. Votre entourage proche, très proche vous aime.

    • Reply Lubies Rousses 9 octobre 2017 at 14 h 01 min

      Oui nous sommes chanceux, nos amis et nos familles nous témoignent toujours beaucoup d’attention et d’amour ! Nous sommes très bien entourés et le Petit Ciré Jaune est attendu aussi par nos proches. Il sera bien accueilli, c’est certain.

  • Reply Aurore 10 octobre 2017 at 16 h 32 min

    Bel article … Je viens de fêter mes 32 ans et je vais partir en voyage quelques mois en amoureux. Mais la question de savoir si l’on veut un enfant se profile déjà, pour le retour, et j’ai autant peur de me lancer que de ne pas y parvenir …
    La question de la parentalité sous toute ses formes est cruciale aujourd’hui et me taraude beaucoup.
    Je vous souhaite beaucoup de courage et de réussite dans ce magnifique projet de vie.

    • Reply Lubies Rousses 10 octobre 2017 at 16 h 42 min

      Bonjour Aurore,
      Merci pour ce très gentil commentaire. Je crois qu’il ne faut pas trop réfléchir et se lancer… il n’y a pas de bon moment et on ne choisit pas combien de temps cela va prendre.
      Comme toi, je me suis toujours beaucoup questionnée sur la parentalité et mon parcours contribue forcément encore à alimenter ce questionnement.
      Être sur la même longueur d’onde avec le futur Papa est à mon avis le plus important, quelle que soit la forme que prendra ta famille.
      A bientôt !

  • Reply Celia 12 octobre 2017 at 23 h 21 min

    Il y a en effet une grande différence entre choisir et subir…
    Un article très touchant !

    • Reply Lubies Rousses 13 octobre 2017 at 0 h 02 min

      Merci pour ce retour Célia, c’est important de partager tout ça avec nos proches.
      Et, heureusement, il y a aussi des articles plus légers sur le blog 😉 !

  • Reply Julie 24 octobre 2017 at 22 h 12 min

    Je rejoins celia, article très touchant. C est bien aussi pr nous de comprendre ce que vous traversez pour pouvoir mieux vous soutenir. On peut vous aider à notre façon à occuper ce temps 😉

    • Reply Lubies Rousses 24 octobre 2017 at 22 h 17 min

      Merci ma Julie pour ce message ! Et merci aussi d’être là, vous nous aidez beaucoup à prendre la vie du bon côté 😉 !
      Il faudra que je pense à faire un article sur ce sujet 😉 car nous avons des amis et une famille qui nous soutiennent beaucoup.
      Et, cela donne beaucoup d’énergie pour avancer et continuer à espérer. Bisous

  • Reply Marwa 24 novembre 2017 at 19 h 39 min

    J’imagine à quel point ça doit être dur. Je te fais un gros câlin virtuel.
    Je peux comprendre votre frustration car au début de notre relation, mon mari et moi avons été séparés pendant 5 ans, à cause de… ben soucis administratifs tiens ! Échec après échec, nous avons patienté, attendu, espéré que le fameux papier arrive pour que j’ais le droit de venir vivre avec lui en France. Ça a été très dur mais aujourd’hui tout cela est derrière nous.
    Bien sûr ce n’est pas comparable, et j’imagine que c’est encore plus difficile quand on attend un enfant autant désiré. En tout cas je vous envoie toutes mes pensées positives et espère du fond du cœur que votre combat sera plus court que la moyenne.

    • Reply Lubies Rousses 26 novembre 2017 at 21 h 19 min

      Merci pour ce très gentil message… Notre attente est longue mais nous avançons, un pas après l’autre, et nous serons prêts à accueillir notre enfant lorsqu’il arrivera !
      J’imagine que ta situation a dû être très difficile aussi… il faut beaucoup d’amour pour surmonter tout ça !

    Leave a Reply