Lubies Sportives

Je peux pas… j’ai piscine !

11 septembre 2017

Je t’aime moi non plus !

Le sport et moi ça n’a pas toujours été une évidence. J’étais plutôt bonne élève à l’école et volontaire pour apprendre de nouvelles choses mais la seule matière où je n’étais pas à l’aise, vous l’avez deviné, c’était le sport ! De nature plutôt réservée, je ne m’épanouissais pas du tout à l’école dans les sports collectifs. D’ailleurs, n’étant pas suffisamment affirmée, j’étais toujours la dernière à être choisie par mes camarades lors de la constitution des équipes. J’en ai longtemps voulu aux professeurs de toujours désigner l’élève le plus populaire ou avec le plus d’aptitudes sportives pour constituer les équipes !

En revanche, j’appréciais les sports comme le roller, le tennis de table ou la danse. Dès qu’un sport pouvait m’éviter de courir, je choisissais ce sport ! J’ai aussi eu l’occasion de pratiquer le yoga au collège et cela m’avait bien plu.

Quand j’étais au lycée, j’ai pratiqué un peu plus fréquemment la natation : j’aimais beaucoup nager mais ma pratique de la natation s’est limitée pendant de nombreuses années à la brasse coulée. J’avais essayé à cette époque d’apprendre le crawl mais sans succès ! Je crois que cela me paraissait un objectif inatteignable car j’étais convaincue de mon inaptitude sportive !

La rencontre ♥

Et puis, j’ai rencontré R., qui lui était plutôt sportif, lors du module course d’orientation en première année de fac d’éco ! Bon, je vous rassure tout de suite, je ne me suis pas découverte une passion sportive du jour au lendemain ! La pratique d’un sport était une obligation lors du premier semestre et les autres sports proposés affichant complet, je n’ai pas eu d’autre choix que de faire de la course d’orientation. Aujourd’hui, je remercie tous les étudiants qui avaient boudé la course d’orientation car cette activité m’a permis de connaître R. !

Lorsque nous avons commencé à vivre ensemble il y a une dizaine d’années, à Nantes, R. voulait toujours aller se balader à vélo dès qu’il faisait beau (même en hiver, à mon plus grand désarroi). J’ai donc commencé progressivement à faire du vélo. Alors évidemment, cétait en mode balade mais j’y ai pris goût ! Cela nous a aussi permis de connaître Nantes et les alentours : les balades sur les bords de l’Erdre, la Loire à vélo, etc.

J’ai aussi tenté de me mettre au running à cette période. J’ai d’abord démarré seule le soir mais j’avoue que je n’étais pas très rassurée de courir toute seule. J’ai aussi fait quelques sorties avec R. mais, toujours très peu confiante en mes capacités sportives, je n’ai pas forcément été très régulière. Pourtant j’ai beaucoup de chance, R. est toujours partant et prêt à me coacher ! Fin 2009, j’ai fini par acheter de vraies chaussures de running. Ma pratique est restée très irrégulière jusqu’à 2011. A cette époque, une amie m’a proposé de venir courir chaque semaine avec elle et 2 autres filles (qui sont devenues des copines) et c’est donc vraiment à ce moment-là que j’ai commencé à pratiquer le running plus régulièrement. J’allais également fréquemment à la piscine mais toujours en mode brasse coulée !

Depuis 5-6 ans environ, ma pratique sportive s’est donc intensifiée. Une de mes motivations principales, je n’ai pas honte de l’avouer, était de perdre du poids ou tout au moins de garder la ligne et de me raffermir un peu. Je sentais que si je ne faisais rien pour me bouger, j’allais finir par grossir beaucoup alors que j’avais toujours été plutôt mince. J’ai aussi apprécié l’aspect convivial du sport à plusieurs : sans surprise, courir avec les copines était bien plus motivant que de courir seule !

Le déclic !

En 2013, j’ai eu un déclic sur la natation et notamment sur mon apprentissage du crawl : j’ai vécu un évènement personnel difficile et j’ai ressenti le besoin de m’astreindre à une pratique sportive encore plus régulière. Je crois que le fait de respecter les objectifs sportifs que je me fixais dans la semaine avait un effet bénéfique sur mon moral. Je ressortais apaisée de mes séances de sport et cela me donnait envie de recommencer. J’avais besoin de me prouver que je pouvais y arriver. J’ai beaucoup observé les nageurs de crawl à la piscine et j’ai également regardé des vidéos sur Internet. J’ai consulté les forums de natation du type Natation pour tous, ce qui m’a permis de continuer à me motiver. J’ai fini par me lancer, d’abord avec pull buoy sur quelques longueurs, et j’ai découvert que j’étais plutôt à l’aise sur la coordination mouvement des bras / respiration. Au fur et à mesure, mon corps s’est gainé et j’ai pu abandonner progressivement le pull buoy sans consommer trop d’énergie sur les battements de jambes. En septembre 2013, R. et moi nous nous sommes inscrits dans un club de natation qui proposait 2 à 3 séances d’1h par semaine. J’ai amélioré encore mon crawl et R. s’est lancé aussi : il ne savait pas non plus nager le crawl mais il commençait à faire des triathlons et il était donc motivé pour apprendre. Aussi surprenant que cela puisse paraître, j’étais à l’époque beaucoup plus à l’aise que R. et j’avoue que cela me faisait un peu plaisir d’être meilleure que lui sur un sport ! De son côté, il s’est bien accroché, il a persévéré et il a fini par y arriver aussi ! Aujourd’hui, nous nageons 2 fois par semaine et surtout, nous pratiquons les 4 nages : papillon, dos, brasse, crawl ! Bon, on ne va pas se mentir, on n’est pas sur un niveau compétition mais nous avons beaucoup progressé en 4 ans.

Et aujourd’hui ?

Les raisons qui me poussent encore aujourd’hui à poursuivre ma pratique sportive sont nombreuses.

Tout d’abord, avoir une activité sportive me permet de rester en forme et a un impact favorable sur mon hygiène de vie : j’ai un travail plutôt sédentaire, le sport me permet donc de bouger et de m’aérer. J’ai ausi remarqué que le sport me permet de réguler mon appétit. Je grignote moins lorsque ma pratique est régulière, à savoir 3 à 4 séances de sport par semaine. Une autre de mes motivations pour faire du sport est donc bien évidemment de garder la ligne même s’il faut bien sûr toujours associer sa pratique sportive à une alimentation équilibrée.

Je cherche aussi à bien veillir : nous nous rendons tous compte que notre corps change en vieillissant et une façon de retarder les effets du vieillissement c’est de garder la forme. Dans quelques années, je ne veux pas avoir l’air trop vieille lorsque nous accueillerons notre premier enfant (voir l’article Le Petit Ciré Jaune).

Enfin, faire du sport permet de se dépasser et de croire en soi : je ressens un réel bien-être après une séance de sport et une grande satisfaction d’avoir été suffisamment motivée pour démarrer ma séance et aller jusqu’au bout. J’ai participé à un challenge sportif cet été et cela m’a permis de faire progresser ma pratique du running. J’en reparlerai prochainement dans un article dédié pour faire le point sur ce que cela m’apporté aussi bien physiquement que mentalement.

Comme je vous l’avais déjà expliqué ici et , le blog et ses différentes rubriques ont pour objectif de me permettre d’aller de l’avant. Pour alimenter cette rubrique, je compte bien poursuivre ma pratique sportive. Alors je n’ai certes pas encore, dans mon cheminement sportif, des objectifs très ambitieux mais c’est l’occasion pour moi de progresser et d’avancer !

A très vite pour de prochaines #lubiessportives !

 

 

Suivant

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply